"La 3e voie…"

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home

La pédagogie explicite et unifiée de la lecture

Envoyer Imprimer
La pédagogie explicite et unifiée de la lecture
Bernard Wemague, Universitaire-Chercheur (Linguistique & Méthodologie), Bordeaux.
Une propriété marquante de la pédagogie explicite est l’homogénéisation des contenus et des pratiques d’enseignement dans une matière donnée. Le caractère d’explicite ne peut conduire qu’à l’harmonisation des contenus et des pratiques pédagogiques, obéissant par là même à l’exigence scientifique.
Ce qui laisse planer le doute sur la validité théorique et pratique des méthodes d’enseignement de la lecture aujourd’hui disponibles est irréfutablement leur grande variété comparativement à la situation dans les autres disciplines scolaires, en termes de principe de non-contradiction de l’esprit scientifique.
L’enseignement de la lecture est une matière scolaire, qui s’apprend au même titre que les autres. Pourtant, sous l’angle de modalité de conception, ses contenus ne présentent pas d’unité d’approche comme dans les autres matières.
A la différence radicale de toutes les disciplines, la lecture et ses contenus d’enseignement changent d’une méthode à l’autre et c’est bien la preuve probante de l’invalidité soulignée d’un point de vue scientifique, lequel ne s’accommode pas d’incohérences que constituent des méthodes pédagogiques en contradiction ou en concurrence, parce que c’est le problème de leurs fondements qui se trouve posé. L’exemple de la Finlande conforte l’analyse. Ce pays a recours à une méthode d’enseignement de la lecture et une seule, qui lui permet d’obtenir les meilleurs résultats scolaires d’Europe précisément en lecture et compréhension dans les études comparatives internationales de l’OCDE.
Pourquoi la Finlande ne pratique-t-elle qu’une méthode d’enseignement de la lecture pendant que des pays comme la France en utilisent plusieurs ?
C’est pour des raisons scientifiques évidentes. La science ne peut donner lieu qu’à une méthode pédagogique de la lecture et une seule. Sous ce prisme, la Finlande a construit une méthode de lecture fondée sur l’analyse du fonctionnement du cerveau et de la cognition. Le fonctionnement du cerveau et de la cognition étant unique comme celui du finnois, il ne peut en découler qu’une méthode de lecture par rapport à la langue.
La réponse à la question posée est donc d’ordre scientifique.
La méthode d’enseignement de la lecture en usage dans le système scolaire finlandais est en cohérence avec le fonctionnement cérébral et cognitif, comme peuvent le montrer les résultats des travaux d’imagerie du cerveau en activité d’apprentissage de la lecture.
La Finlande construit l’apprentissage de la lecture progressivement sur les lettres de l’alphabet (peu importe son statut théorique en l’espèce son caractère phonologique) et sur leurs associations qui sont les syllabes. Les deux catégories d’unités de base permettent de construire l’ensemble des autres catégories de la langue.
Ainsi, l’objet de l’apprentissage, ou objet de la connaissance, est pertinent pour le fonctionnement neurocognitif. Il répond au mécanisme de fonctionnement cérébral et cognitif de l’apprentissage : l’objet est perçu visuellement, représenté mentalement, compris, mémorisé, stocké, restitué.
En résumé, l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) fait apparaître que le cerveau au cours de l’apprentissage de la lecture s’active pour les unités graphiques simples qui sont les lettres de l’alphabet ; il passe ensuite aux unités graphiques complexes qui sont les assemblages des lettres ou syllabes. On observe ainsi une cohérence entre le fonctionnement du cerveau et celui de la langue.
Ce faisant, le cerveau compose les mots au moyen des lettres et des syllabes (il s’agit bien de lettres et de syllabes de la langue, c’est-à-dire celles qui sont autorisées ou permises par elle, et non de symboles graphiques et de syllabes fictifs). Il compose, connaît, reconnaît et identifie les mots de la langue grâce aux lettres et aux syllabes qui constituent les unités de base de construction de celle-ci.
Il s’ensuit que la méthode de lecture est déterminée par le mode de fonctionnement cérébral et cognitif, lequel opère avec les lettres et les syllabes, unités de base et constantes distributives, qui permettent de construire la langue.
On comprend dès lors l’origine des résultats scolaires en demi-teinte qui suscitent des débats de façon récurrente ; la fronde de certains enseignants contre les outils d’enseignement de la lecture en vigueur ; les inquiétudes des parents dont beaucoup n’hésitent pas à enseigner à lire à leurs enfants avant l’entrée en CP.
Face aux résultats incontestés et incontestables de la Finlande, des parents, des recherches de neuroscience et de cogniscience, les méthodes actuelles d’enseignement de la lecture sont à abandonner pour laisser la place à une seule pratique pédagogique, efficace et issue du fonctionnement du cerveau, de la cognition et de la langue française écrite.
La pédagogie explicite et le mode de fonctionnement cérébral et cognitif pour l’apprentissage éducatif unifient les méthodes d’enseignement, dont les méthodes de lecture.
Bernard Wemague
Mise à jour le Samedi, 16 Mars 2013 17:30  

Qui est en ligne ?

Nous avons 35 invités en ligne

À LA UNE !