"La 3e voie…"

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Articles En français L’explicite : définition et illustration

L’explicite : définition et illustration

Envoyer Imprimer

L’explicite : définition et illustration

Bernard Wemague, Universitaire-Chercheur (Linguistique & Méthodologie), Bordeaux.

 

La spécificité de la pédagogie explicite, par rapport à celles auxquelles elle s’oppose, réside dans le fort accent mis sur le concept d’explicite en lien avec le fonctionnement cérébral et cognitif pour l’apprentissage éducatif.

La notion d’explicite a rarement fait l’objet de définition et sa compréhension semble dépendre des hypothèses pédagogiques.

Après une tentative d’essai de définition, on passera à l’illustration accompagnée des commentaires qui s’imposent.

 

 

1) Définition

 

En termes de communication et en première approximation, explicite se dit d’une information caractérisée par une clarté et une précision aussi irréprochables que possible.

L’explicite est à la fois une pratique transparente et sans faille et une propriété qui définit cette pratique, dont celles de la science et de la pédagogie notamment. En effet, l’explicite caractérise, de façon essentielle, la scientificité ainsi que les contenus d’enseignement. Sous cet angle, le scientifique et le pédagogique se doivent d’être les moins critiquables possible.

 

L’explicite spécifie de manière inhérente le pédagogique au regard du fonctionnement du cerveau et de la cognition pour l’apprentissage scolaire ou éducatif.

Il s’agit alors de ce que l’on pourrait appeler pédagogie scientifique et qui implique des contenus à transmettre dont les qualités scientifiques et pédagogiques sont optimisées au plus haut point.

 

Dans la littérature spécialisée, l’explicite est une notion qui change de sens suivant les conceptions pédagogiques. C’est ainsi que dans les méthodes globales elle est revendiquée pour leur approche qui part des textes pour aller vers les lettres. Elle signifie la démarche inverse dans les méthodes syllabiques.

Le présent article s’inscrit dans cette dernière perspective cohérente avec le mode de fonctionnement cérébral et cognitif, qui procède du plus simple au plus complexe. A cet égard, effectivement, en matière d’approche dans le domaine de l’apprentissage de la lecture, l’entrée par les lettres paraît plus simple que l’entrée par les textes. L’imagerie cérébrale montre que l’apprentissage de la lecture se construit progressivement avec les lettres, pour aboutir finalement aux textes après le passage par différents niveaux de complexité croissante de combinaisons des lettres.

 

2) L’illustration

 

La réponse au questionnement « Qu’est-ce que l’explicite ? » peut être théorique et/ou pratique. Dans une optique pédagogique, la plus intéressée par le projet d’article que voici, c’est la dimension pratique qui va être privilégiée, en prenant appui sur l’apprentissage de la lecture à partir de l’exemple d’un mot tel que ‘intermédiaire’ dans lequel les variations de propriété d’identité phonétique de la lettre ‘i’ sont tout à fait représentatives des changements de prononciation des lettres dans les syllabes des mots en français, laquelle prononciation est liée au contexte et à la position comme ici où la lettre ‘i’ se réalise de trois façons différentes précisément selon le contexte et la position dans les séquences de configurations des lettres du mot.

Voilà pourquoi la démarche qui consiste à faire reconnaître et mémoriser visuellement les mots (perçus par erreur comme étant des « images visuelles indivisibles ») dans leur ensemble ne peut conduire qu’à des résultats aléatoires et à juste tire controversés.

Quant au questionnement dont l’hypothèse  est formulée, quel pourrait être l’enseignement explicite de la lecture du mot envisagé ?

 

Il importe de rappeler, pour commencer, que la prononciation d’une lettre est dépendante de son contexte et de sa position dans les syllabes où elle se trouve.

Par voie de conséquence, le principe de transparence, qui est la quintessence de la pédagogie explicite, commande que les mots soient présentés sous forme de syllabes, voire plus (cf. Livret 1a et Livret 4 de la méthode linguistique de lecture sur le site Internet http://www.methode-linguistique.com pour un schéma complet de présentation) au cours de l’apprentissage initial de la lecture. A ce propos, l’exemple précédent est présenté syllabiquement ‘in ter mé di ai re’, en conformité avec le mode de découpage classique des mots français en syllabes correspondant aux unités phonétiques de la parole que ces syllabes permettent de représenter conventionnellement.

Comme leurs unités constitutives, les syllabes sont des unités phonétiques, des règles générales de prononciation, des constantes distributives, etc.

Les syllabes sont des résultats de la combinatoire. Ou bien des associations particulières de lettres. Lesquelles associations sont usuelles, c’est-à-dire autorisées par la langue française et servant à composer les mots du stock lexical. En conséquence, il convient d’expliciter la construction de la combinatoire dont résultent les syllabes en tant que constantes distributives sur les mots auxquels elles servent de composants et d’identifiants.

La construction des syllabes mobilise les lettres de l’alphabet. Par suite, au vu du mode de fonctionnement cérébral, il est pertinent d’enseigner et d’apprendre les lettres de l’alphabet dont leur nom et leur classe d’appartenance ; puis leur place, celle des unes par rapport aux autres, qui détermine leur prononciation.

 

La fin des savoirs prérequis qui viennent d’être évoqués ouvre la voie au démarrage de la mise en place de la combinatoire en parfaite adéquation avec le mode de fonctionnement cérébral et cognitif pour l’apprentissage de la lecture.

Le travail consiste essentiellement à associer à chaque lettre ou groupe de lettres la prononciation correspondante en liaison avec un mot du corpus lexical (cf. Livret 1b de la méthode linguistique de lecture sur le site Internet http://www.methode-linguistique.com pour visualiser le schéma de présentation), lequel mot est naturellement décomposé en syllabes pour y faire apparaître le produit de la combinaison effectuée et obtenue.

Les contenus d’enseignement offerts dans le Livret sont extrêmement structurés et gradués suivant les contraintes cérébrales et cognitives.

 

L’explicite, c’est la clarté et la précision nécessaires et suffisantes pour la transmission de l’information.

En pédagogie de la lecture, l’explicite est la qualité optimale de l’ensemble des connaissances fournies qui permettent un apprentissage transparent, rigoureux, solide et complet. La pédagogie explicite harmonise par elle-même les méthodes d’enseignement.

Les bases élémentaires et fondamentales de la pédagogie explicite de la lecture sont les connaissances de l’alphabet et de la combinatoire qui constituent le socle du code écrit vecteur de sens. Il s’agit de combinatoire explicite, laquelle procède de façon transparente, cohérente, rigoureuse, organisée, progressive et systématique, c’est-à-dire totalement en phase avec le mode de fonctionnement cérébral et cognitif pour l’apprentissage appliqué à l’éducation.

 

Bernard Wemague

Mise à jour le Dimanche, 17 Mars 2013 21:13  

Qui est en ligne ?

Nous avons 82 invités en ligne

À LA UNE !